Thibaut de Ruyter : Lost in the translation.

Extraits de correspondances : Bleckede-Bargfeld-Berlin-ASLL.

N° 13

 

 

Bleckede, le 5 mars 2002


Je reprends ici les derniers points que je n'ai pas traités dans mon dernier
courrier. Courrier que je viens de relire et qui me paraît, trop souvent,
confus. Il me faudra sans doute encore préciser mais, pour cela, j'attends
vos remarques. Je vais aussi essayer de faire un peu plus court, histoire de
ne pas remplir votre site internet avec toutes mes inepties et de ne pas vous
faire bâiller toute la semaine. Allons-y...

" 7) découlant du point précédent : ce que j'ai appelé la "mise en page
parlante" qui trouve son efficacité maximale dans Abend mit Goldrand puis
dans Julia oder die Gemälde (où les quatre colonnes pour rendre les
conversations des tendrons dans la cour de l'école font merveille). Comment
cela peut-il échapper à votre "regard d'architecte" ? "

Là, vous allez hurler ! Je n'arrive pas à lire Soir bordé d'or. Je me suis
porté acquéreur de l'ouvrage le jour de sa sortie. Je l'avais réservé chez
mon libraire de l'époque et me suis rendu dans son magasin alors que les
cartons n'étaient pas déballés. L'homme, grand seigneur, me le vendit à
crédit (genre trois fois deux cents francs sur quelques mois). Mais voilà,
chaque fois que j'ouvre ce livre, il me tombe des mains. Je le commence par
le début, par le milieu et la fin, j'essaie l'été, l'hiver, j'essaie en ce
moment dans la lande et, encore une fois, je n'y arrive pas. Alors bien sûr,
je le connais et j'ai repéré quelques pages. J'ai aussi lu votre article
dans la Revue de Littérature Générale. Mais je n'y arrive pas. Pour ce qui
est des volumes en allemand, tel Julia, je vous laisse imaginer... Il me
semble donc hasardeux, pour moi, de convoquer quoi que ce soit venant des
tapuscrits.

Alors je m'excuse, je ne me risque pas dans la moindre explication foireuse
et passe à la question suivante. Il m'a bien fallu cinq ans avant de réussir
à m'attaquer à l'Homme sans qualités (si vous le voulez, je vous raconte les
circonstances... elles valent leur pesant de fiction). Traitez-moi de cochon
si vous le souhaitez. Tant pis.

" 10) la géodésie, l'arpentage, l'astronomie n'ont bien sûr absolument rien à
voir avec "l'art de construire"... "

Et de revenir au cœur du problème. Le (ou la) Baukunst a clairement à voir
avec ces mots. J'oublierais volontairement l'astronomie qui, je pense, a un
peu quitté le champ de l'architecture il y a quelques décennies. Mais, il
est évident que cette discipline, durant des millénaires, a généré des
architectures extraordinaires (des alignements de pierres aux incroyables
escaliers-observatoires d'Inde. Malheureusement, et comme souvent avec la
surenchère technologique, l'astronomie a perdu beaucoup de sa poésie directe
(l'homme qui regarde le ciel et transmet aux autres) pour devenir une
discipline de calcul et de nombres abstraits (ah les calculateurs !). La
seule chose qui me semble amusante aujourd'hui est cette histoire de mise en
réseau de tous les ordinateurs personnels du monde pour former une
super-machine capable de déchiffrer les signaux extraterrestres... Pas de
quoi tomber par terre non plus.

Pour ce qui est de l'arpentage, je retrouve ici les diverses questions du
début de cette résidence et, plus précisément, la notion de territoire. J'y
vois aussi une référence à mon propre travail puisque mes marches
quotidiennes font de moi un "arpenteur" des bords de l'Elbe. Je le rappelle,
je ne marche pas en regardant mes chaussures mais, chaque jour, je recherche
des pistes, des lieux, des sites qui me feront raconter toute une histoire.
Je pense même que l'on commence à me connaître dans le village (je suis
assez régulier dans mes promenades pour favoriser les ragots entre
grands-mères et caissières de supermarché : "Tu l'as vu l'Grand qui marche
chaque jour le long de la rivière ? Je crois qu'il recherche quelque
chose..." - " Ouais ouais, j'l'ai vu, en plus il parle même pas allemand...
c'est quand même un peu louche tout ça "). Donc, quiconque me croise me dit
bonjour avec respect et je pense que si je me présente aux prochaines
municipales, j'ai mes chances (à condition, encore une fois, de me mettre à
parler allemand).

C'est bien sûr la piste qui est, pour moi, la plus sérieuse (l'arpentage,
pas les municipales !). Depuis l'abandon du projet braun (abandon qui, je
dois l'avouer, m'a un peu freiné dans mes ardeurs) je passe énormément de
temps à rechercher Le Lieu. Celui qui déclenchera, par sa nature, l'ensemble
du projet (un peu comme à Graz où, dans le Stadtpark, il a fallu que je
trouve un arbre - et cet arbre a défini une bonne partie de l'histoire de la
maison pour oiseaux). Ici, assez peu d'arbres, de nombreux trous de taupes,
les corbeaux et la boue. Beaucoup de boue. Les douves du château aussi. Et
l'Elbe qui ne descend pas. J'ai donc trois ou quatre sites possibles.
Petits, sans importance, ils seront sujets à une intervention de l'ordre de
celle de Graz. Une chose qui sera placée là et restera après mon départ.
Mais pas une maison pour oiseau (les corbeaux sont trop gros et n'ont pas
besoin de moi).

Je ne parle pas plus de ce projet. Il sera réalisé en catimini, à la toute
fin de la résidence, juste pour le plaisir des quelques personnes qui seront
au courant. Je dois encore travailler un peu mais j'espère que vous serez
amusé.

Samedi dernier, pour la première fois depuis des semaines, Bleckede fait un
bruit de ville normale : la saison des mariages a commencé. Et c'est parti !
Les trois BMW, deux Mercedes et sept Volkswagen qui quittent l'église se
lancent dans un concert d'avertisseurs qui me rappelle la grande urbanité
(notamment la Grand'Place de Roubaix, les samedis de printemps entre 14
heures et 18 heures avec un rythme à faire pâlir les capitaines de
l'industrie défunte). Ce qui change, ma foi, des corbeaux.

Je pars demain soir pour Vienne puis lundi pour Graz, de retour dans une
dizaine de jours. Mais je reste connecté et vous écrirais depuis l'Autriche.
Je sais, il me reste encore le point numéro 8... à propos des Calculs.
Je me suis attaqué à leur relecture et, je ne me vois pas comment répondre
quoi que ce soit dans l'urgence. Il faudra être patient.


Journal n1

Journal n2

Journal n3

Journal n4

Journal n°5

Journal n°6

Journal n°7

Journal n°8

Journal n°9

Journal n°10

Journal n°11

Journal n°12

Index